Derniers sujets
» Blad Bladi net je ne suis le nègre de personne
par laafirita Sam 28 Avr - 14:05

» Blad mon amour shalom
par laafirita Sam 28 Avr - 13:59

» Chaine video Mimouni sur Youtube
par Admin Jeu 25 Mai - 18:41

» Mimouni video
par Admin Jeu 8 Déc - 23:21

» Souss com tanmirte Timensiwine
par hooligan Mar 19 Jan - 2:09

» Souss com redirection
par Scoco Sam 19 Déc - 23:23

» Souss com submissions
par goldhand Sam 19 Déc - 23:13

» Bilan de 4 années de guerre en Syrie 250.000 victimes
par meyyer Sam 17 Oct - 14:20

» Maati mounjib , trop d'éloges banalise la personne
par meyyer Ven 16 Oct - 23:43

Mots-clés

Souss  Blad  

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier


Menace réelle sur la nappe d'eau Souss Massa Draa

Aller en bas

Menace réelle sur la nappe d'eau Souss Massa Draa

Message par goldhand le Lun 12 Oct - 14:06

Menace réelle sur la nappe d'eau Souss Massa Draa

Question barrage et retenue en eau le Souss Massa Draa est bien na,yi en barrage: Une dizaine soit
Barrages Toussef ben tachfine, Abdelmoumen, Aoulouz , Moulay Abdallah, Imi Elkheng, Mokhtar Soussi , Ahl Souss et Dkhila et qui sont capables de retenir une reserve en eau de plusieurs millions de M3 mais le danger plane sur la nappe phréatique  victime de plus de surexploitation par plus de 17000 puits donc plus de 15000 sont anarchiques.


Dernière édition par goldhand le Lun 12 Oct - 14:26, édité 1 fois
avatar
goldhand

Messages : 35
Date d'inscription : 26/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Menace réelle sur la nappe d'eau Souss Massa Draa

Message par goldhand le Lun 12 Oct - 14:09

@goldhand a écrit:Menace réelle sur la nappe d'eau Souss Massa Draa

Question barrage et retenue en eau le Souss Massa Draa est bien na,yi en barrage: Une dizaine soit
Barrages Toussef ben tachfine, Abdelmoumen, Aoulouz , Moulay Abdallah, Imi Elkheng, Mokhtar Soussi , Ahl Souss et Dkhila et qui sont capables de retenir une reserve en eau de plusieurs millions de M3 mais le danger plane sur la nappe phréatique  victime de plus de surexploitation par plus de 17000 puits donc plus de 15000 sont anarchiques.

source; leconomiste

17.000 puits dont seulement 2.000 autorisés
La surexploitation a causé un déficit de 260 millions de m3
La réduction des superficies irriguées envisagée

Ressources en eau/Souss: Menaces sur la nappe phréatique
A cause de la surexploitation de la nappe phréatique, la situation dans le Souss est devenue alarmante (Ph. Archives)

La problématique de l’eau revient à la surface à l’approche de chaque été dans le Souss-Massa. Malgré les précipitations assez importantes enregistrées encore cette année, la question est encore d’actualité.
En effet, dans les plaines de Souss-Massa, le développement anarchique des pompages privés, a conduit à un épuisement inquiétant des ressources en eau souterraine. Le capital naturel est ainsi surexploité comme c’est le cas dans le secteur d’El Guerdane. Il faut préciser que dans cette région, plus de la moitié des puits en activité sont en infraction. Ainsi, sur 17.000 points d’eau, seulement 2.000 sont autorisés. Quelque 76 machines de forage, sondes et compresseurs ont d’ailleurs été saisies par la police des eaux et près de 900 PV d’infraction ont été dressés, et que pour chaque PV, il faut payer au tribunal 20.000 DH d’amende


Pour la région Souss-Massa-Draâ, la problématique hydrique est un défi majeur. La surexploitation de la nappe phréatique au-delà de ses capacités de recharge a en effet causé un déficit de 260 millions de m3. L’objectif de cette région est donc d’optimiser ses ressources hydriques, de généraliser le système du goutte-à-goutte (30.000 hectares à l’horizon 2012) et de valoriser l’eau d’irrigation en utilisant des cultures plus rentables et moins exigeantes en eau.
Dans la plaine du Souss, la production agricole occupe une place de choix avec en particulier 42% de la production d’agrumes et 47% des exportations, et 62% de la production maraîchère et 34% des exportations. La demande globale en eau se trouve ainsi en constante augmentation, d’autant plus que l’agriculture en est la première consommatrice.

Selon des chiffres communiqués par l’Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa (ABHSM), l’agriculture dans cette région absorbe à elle seule plus de 90% de la demande totale, tous bassins confondus. Dans la région de Tiznit, la demande en eau pour la superficie irriguée à partir des eaux pérennes, soit les puits et les sources, est estimée à 26 millions de m3.
Les ressources hydriques de la province sont assurées par les eaux profondes présentes dans les 271 sources de la zone. Elles ont d’un débit global d’environ 270 l/s et les puits, au nombre de 500, un débit global d’environ 250 l/s. Ces eaux sont utilisées pour l’irrigation de près de 5.300 ha. D’un autre côté, il y a également les eaux des crues, considérées comme ressource hydrique importante au niveau de la plaine de Tiznit et autour des oueds notamment Assaka, Adoudou et Sidi Ifni et leurs affluents. La superficie irriguée par cette ressource oscille entre 20.000 et 25.000 ha.
Vu la raréfaction des ressources en eau dans le Souss-Massa, et vu la demande croissante en eau potable et industrielle liée à l’accroissement démographique, à la promotion du secteur touristique et à l’essor économique que connaît la région, il est impératif de ne prévoir aucune extension, voire même de réduire les superficies irriguées dans le futur. C’est ce que prévoit l’étude de révision du Plan directeur d’aménagement intégré des ressources en eau (PDAIRE). Le gel des superficies emblavées a été pris en considération tel que spécifié dans le contrat de nappe signé par les partenaires, et qui prévoit l’arrêt des extensions des superficies.
La subvention de la reconversion au mode d’irrigation localisée aura aussi un impact positif. En effet, la conversion à l’irrigation localisée permet une économie de l’eau et sa valorisation au mètre cube. Elle permettrait une économie d’eau d’environ 25 % lorsqu’on passe de l’aspersif vers le localisé. C’est le cas du Souss amont et de Massa. Cette économie sera de 40 % lorsqu’on passe du gravitaire vers le localisé. C’est le cas du secteur moderne privé et traditionnel réhabilité.
Concernant ce domaine, la loi sur l’eau repose sur un certain nombre de principes de base qui découlent notamment de l’objectif, visant une plus grande revalorisation agricole grâce à l’amélioration des conditions d’aménagement et d’utilisation des eaux à usage agricole. Les dispositions spécifiques afférentes au secteur agricole sont notifiées au chapitre IX de la loi 10-95 sur l’eau. L’article 80 précise ainsi que l’utilisation des eaux en vue de l’irrigation de terres agricoles sera soumise à une autorisation préalable auprès de l’Agence du bassin.
avatar
goldhand

Messages : 35
Date d'inscription : 26/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum