Derniers sujets
» Chaine video Mimouni sur Youtube
par Admin Jeu 25 Mai - 18:41

» Mimouni video
par Admin Jeu 8 Déc - 23:21

» Souss com tanmirte Timensiwine
par hooligan Mar 19 Jan - 2:09

» Souss com redirection
par Scoco Sam 19 Déc - 23:23

» Souss com submissions
par goldhand Sam 19 Déc - 23:13

» Blad Bladi net je ne suis le nègre de personne
par context Sam 24 Oct - 14:26

» Bilan de 4 années de guerre en Syrie 250.000 victimes
par meyyer Sam 17 Oct - 14:20

» Maati mounjib , trop d'éloges banalise la personne
par meyyer Ven 16 Oct - 23:43

» Blad portail Feed Rss
par Scoco Ven 16 Oct - 19:06

Mots-clés

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


La popularité de l'Eglise et sa richesse emanait de l'exploitation de la femme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La popularité de l'Eglise et sa richesse emanait de l'exploitation de la femme

Message par meyyer le Mar 6 Oct - 17:38

La popularité de l'Eglise et sa richesse émanait de l'exploitation de la femme
L'Eglise est sensée instaurer la paix la sérénité et l'amitié entre les individus, cependant ce n'est pas toujours le cas et les interets de quelques uns ou quelques idées pourraient complètement dénaturer la mission religieuse de cette institution.
Ona a toujours en mémoire l'abus sur les mineurs de la part des pretre de l'Eglise et la réticence de celle ci a reconnaitr et punir ce comprtement.

L'Histoire rapporte que l'Eglise a aussi profiter comme tout individu de l'exploitation des humains et de leur précarité.

« On ne peut traverser le pont d’Avignon sans rencontrer deux moines, deux ânes et deux putains. » Ce célèbre adage médiéval témoigne de la vitalité du « plus vieux métier du monde » dans la cité des papes
avatar
meyyer

Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La popularité de l'Eglise et sa richesse emanait de l'exploitation de la femme

Message par meyyer le Mar 6 Oct - 17:41

A Paris, l’Eglise catholique exploitait 3000 bordels et 40 000 prostituées : mères célibataires, vierges violées, veuves ou répudiées

http://matricien.org/patriarcat/sociologie/prostitution/bordel-eglise/

« On ne peut traverser le pont d’Avignon sans rencontrer deux moines, deux ânes et deux putains. » Ce célèbre adage médiéval témoigne de la vitalité du « plus vieux métier du monde » dans la cité des papes. Mais bien d’autres villes de France peuvent se targuer d’une telle réputation. S’il est certain que l’Église et l’État exploitaient les bordels et prostituées déclarées, rien n’atteste qu’ils géraient la totalité des 3000 bordels parisiens du 15e siècle, et des 40 000 prostituées parisiennes du 18e siècle, pour la plupart
avatar
meyyer

Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La popularité de l'Eglise et sa richesse emanait de l'exploitation de la femme

Message par meyyer le Mar 6 Oct - 17:44


Les causes anthropologiques
L’Église contrôle la sexualité pour garantir des héritiers légitimes

Le Moyen-âge s’étend sur près d’un millénaire, de 476 (chute de Rome) à 1453 (fin de la guerre de Cent-Ans). Compte tenu du rôle de l’Église dans la prostitution, il est utile de marquer son début en France avec la conversion chrétienne (496) de Clovis, roi des Francs. Ce baptême marque en effet le début du lien entre le clergé et la monarchie française, dorénavant le souverain règne au nom de Dieu et seuls ses descendants légitimes (fils conçus dans le mariage) peuvent accéder au trône. La légitimité passe par la foi catholique et par les liens sacrés du mariage (seul garant de la reconnaissance de paternité). On remarquera qu’au Vatican, l’âge du mariage est aujourd’hui encore de 14 ans pour les filles, il était de 12 ans jusqu’au début du XXe siècle. Fort de l’autorité divine, le clergé catholique se donne comme mission sociale de réglementer la sexualité (virginité & chasteté). Cette réglementation se colore à la fois du rôle sexuel pervers attribué à la femme dans la chute biblique de l’homme (la pomme d’Ève) et d’une application confrontée aux débauches et contingences de l’époque (la paternité n’est plus garantie). Inutile de dire que la prostitution n’a officiellement pas droit de cité.
avatar
meyyer

Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La popularité de l'Eglise et sa richesse emanait de l'exploitation de la femme

Message par meyyer le Mar 6 Oct - 17:47

Les bordels de l’Église, un mal naturel pour éviter le péché

Au Moyen Âge, les responsables de l’ordre public, municipalités, seigneurs laïcs ou ecclésiastiques (évêques, abbés et pape), organisent progressivement la prostitution, déjà à partir du XIIe siècle, et surtout à partir du XIVe siècle, en tirant un profit financier. On trouve même des bordels possédés par des monastères ou des chapitres. La prostitution est toujours considérée comme naturelle, comme un moindre mal. Au cœur des cités méridionales, les maisons de fillettes, les châteaux gaillards et autres maisons lupanardes deviennent des institutions municipales, entretenues et inspectées par les consuls. On précisera que la majorité sexuelle est toujours de 12 ans au Vatican (elle était de 11 ans en France en 1832). En Italie du Nord, les autorités expliquent même que le recrutement de prostituées attirantes permettra de convaincre les jeunes gens de se détourner de l’homosexualité. Les villes et les bourgs ouvrent ainsi officiellement des maisons municipales de prostitution ou bien désignent les quartiers de la cité, généralement ses faubourgs, où la prostitution sera tolérée.
avatar
meyyer

Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La popularité de l'Eglise et sa richesse emanait de l'exploitation de la femme

Message par meyyer le Mar 6 Oct - 17:51


,

un pape pédéraste, incestueux et proxénète


Afin de profiter de cette manne financière, le pape Sixte VI (1414 – 1484) acquis lui-même une maison close devenant un proxénète. Jusqu’à son élection, Sixte IV jouissait d’une bonne réputation. Sous son pontificat, il fit l’objet de jugements controversés dus à l’emprise que ses neveux prirent sur lui. De fait, il nomma cardinal de nombreux jeunes gens, célèbres par leur beauté, parmi lesquels son neveu Raphaël Riario – cardinal à 17 ans, accusé d’être son amant. On prétendit aussi que le goût du pape pour les garçons était notoire. Le théologien Balaeus (xvie siècle) assure de manière peu vraisemblable que Sixte IV aurait donné aux cardinaux « l’autorisation de pratiquer la sodomie pendant les périodes de grandes chaleurs ». C’est ce que l’on appelait alors le « vice italien ». Aujourd’hui encore, la majorité sexuelle au Vatican est de 12 ans
avatar
meyyer

Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La popularité de l'Eglise et sa richesse emanait de l'exploitation de la femme

Message par meyyer le Mar 6 Oct - 17:53

La vie sexuelle des papes
Meurtres, prostitution, pédérastie
Tiré de « L’Écho des Cantons » no. 7, septembre 2000.
Le palais papal, un lieu maudit
C’est un pape aux mœurs corrompues, Léon III (du 26 décembre 795 au 12 juin 816) qui couronna à Rome au mois de décembre de l’an 800, l’empereur Charlemagne (742-814). Étant réputé pour aimer la bonne chère, le vin et surtout les plaisirs charnels, Léon III échappa à une tentative d’assassinat complotée par deux prêtres désireux de débarrasser Rome et l’Église de ce pape dépravé. Étienne IV (du 22 juin 816 au 24 janvier 817) ne fut pape que quelque mois, mais son successeur, Pascal 1er (du 25 janvier 817 au 11 février 824) mena une vie de débauche qui, pendant les sept années de son pontificat, fit de la ville sainte et du palais papal des lieux maudits où libre cours sexuel était donné a toutes formes de perversions inimaginables.
Le lupanar privé du pape
Venu a Rome pour se faire sacrer empereur, Lothaire (795-855), petit-fils de Charlemagne, fut scandalise par tout ce désordre et fit des remontrances très sévères a Pascal. Le saint-père promit a Lothaire de reformer ses mœurs mais des que celui-ci eut le dos tourné, Pascal Ier emprisonna deux humbles prêtres pour avoir dénoncé ses comportements pervers. Comme sentence exemplaire on leur arracha la langue et les yeux avant de les décapiter. Plus tard, le pontificat de Léon IV (du 10 avril 847 au 12 juillet 855) sembla être au-dessus de tout soupçon jusqu’au jour où certains chroniqueurs de l’époque affirmèrent que le pontife avait installé dans sa propre maison un couvent de religieuses afin de s’adonner avec celles-ci a des plaisirs sexuels » très torrides « .
avatar
meyyer

Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La popularité de l'Eglise et sa richesse emanait de l'exploitation de la femme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum