Derniers sujets
» Chaine video Mimouni sur Youtube
par Admin Jeu 25 Mai - 18:41

» Mimouni video
par Admin Jeu 8 Déc - 23:21

» Souss com tanmirte Timensiwine
par hooligan Mar 19 Jan - 2:09

» Souss com redirection
par Scoco Sam 19 Déc - 23:23

» Souss com submissions
par goldhand Sam 19 Déc - 23:13

» Blad Bladi net je ne suis le nègre de personne
par context Sam 24 Oct - 14:26

» Bilan de 4 années de guerre en Syrie 250.000 victimes
par meyyer Sam 17 Oct - 14:20

» Maati mounjib , trop d'éloges banalise la personne
par meyyer Ven 16 Oct - 23:43

» Blad portail Feed Rss
par Scoco Ven 16 Oct - 19:06

Mots-clés

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


L’Armée Algérienne est-elle une puissance de feu ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’Armée Algérienne est-elle une puissance de feu ?

Message par context le Sam 3 Oct - 23:17



L’Armée Algérienne est-elle une puissance de feu ?



De 2003 à 2012, les acquisitions de l’Algérie en armes ont augmenté de 277 pour cent.

2,780 milliards de dollars seront dédiés les 20 prochaines années à l’achat de 26 bateaux pour contrer la percée Marocaine dans ce domaine, avec 34 navires.



Par Abdelhak Najib



L’Algérie s’active beaucoup ces derniers mois dans sa course folle à l’armement. Elle a signé en décembre 2012 un contrat d’achat de plus de 360 millions de dollars avec la Russie. Un contrat qui s’étale sur 3 ans pour la livraison de véhicules tous terrains, des pièces de rechange, des hélicoptères et des pièces navales pour les quatre sous-marins Algériens en poste en Méditerranée. D’autres contrats d’armes ont été signés avec l’Afrique du Sud pour un montant de 240 millions de dollars. Il s’agit d’armes de pointes, de chars et surtout d’appareils d’espionnage nocturne.



S’armer coûte que coûte



Dans ce sens, des essais avec un prototype adapté au désert ont eu lieu en octobre 2012, dans le sud Algérien. Au même moment, Alger fait la réception de quatre drones de son allié l’Iran en échange de dérivés pétroliers livrés par l’Algérie en 2013.



Cette course vers le surarmement se poursuivra en 2014 avec le projet d’achat d’un autre sous-marin de fabrication russe pour un montant de 500 millions de dollars. L’Algérie, a annoncé un budget de plus de 8 milliards de dollars pour 2012, alors que les experts parlent de près de 20 milliards. Dans ce sens, une deuxième vague d’acquisitions Algériennes semble se montrer à l’horizon. En effet, l’AAF (Algerian Air Force) semble s’intéresser à l’introduction, et ce pour la première fois de son histoire, d’un avion de chasse occidental, qui peut être le Gripen, du constructeur suédois SAAB.



Cette volonté Algérienne de s’armer, coûte que coûte, est un impératif politique aussi. On le sait, l’acquisition d’armement équivaut à un soutien politique infaillible de la part du fournisseur. Ce dernier s’engage à travers l’acte de vente à conférer un soutien politique et diplomatique au pays client, de plus c’est un gage implicite de fournir les munitions et pièces de rechange en toute circonstance.



Migs en fin de vie



L’Algérie a également commandé 2 sous-marins de classe 636 KILO, ce qui portera le total de sous-marins Algériens au nombre de 6. Auxquels s’ajoutent les commandes de 2 frégates allemandes de classe MEKO2000, 2 corvettes russes de classe TIGRE et un LPD, navire amphibie de projection de forces de fabrication italienne.



Mais au niveau aérien, l’Algérie a de sérieuses lacunes. L’armée Algérienne est obligée de retirer du service des MIG25 Foxbat et MIG29S Fulcrum qui arrivent à leur fin de vie. D’où la nécessité d’un nouvel intercepteur pour défendre la bande côtière Algérienne et assister les batteries S300PMU2 dans la protection des sites névralgiques Algériens. Dans ce sens, Alger a commandé pour 7,5 milliards de dollars de contrat avec la Russie en 2009. Moscou doit fournir quarante avions de combat Mig-29 et vingt-huit chasseurs Soukhoï-30, ainsi que seize avions d’entraînement Yak-130, une quarantaine de blindés, huit systèmes de missiles sol-air S-300 PMU. D’autres MiG-29 de la force Algérienne ont été achetés avant 2006 à la Biélorussie. Leurs capacités sont limitées aux missions d’interception et d’attaque au sol avec des armes non guidées. Toutefois, une modernisation devrait leur permettre d’utiliser des bombes guidées ainsi que des missiles air-sol, tout en les maintenant en service jusqu’en 2018.



Depuis 2010, Alger est à la recherche d’un chasseur multi rôle pour remplacer ses vieux appareils. Plusieurs prototybes sont prospectés; le SAAB JAS-39 Gripen, le EFA Typhoon, le Rafale, ainsi que le Soukhoï Su-35 ou les nouveaux Su-30, pour 80 à 100 avions. Sur un autre niveau, Alger a déjà reçu 185 chars russes T-90 sur un total de 300 unités commandées. Elle a aussi commandé 500 T-72 et 300 T-62.



Hélicoptères d’attaque



Côté hélicoptères, l’Algérie devance le Maroc. Les Mi-24 acquis dans les années 1990 et 2000 ont été modifies pour répondre aux standards MkIII Super Hind en Afrique du Sud, avec des composants de l’hélicoptère d’attaque sud-africain Rooivalk. D’ailleurs, ce sont les Mi-24 Super Hind et les missiles antichars Ingwe qui ont été engagés contre les terroristes à In Amenas.



Aujourd’hui, 48 autres hélicoptères Mi-28 ont été commandés. Les premiers sont arrivés en Algérie entre fin 2012 et début 2013



Les bombardiers Marocains plus High Tech que ceux de l’Algérie



La mise en service par le Maroc du chasseur-bombardier F16 bloc 52+ offre une suprématie technologique indiscutable aux Forces Royales Air (FRA) par rapport à l’AAF d’Algérie. L’avion de chasse Algérien le plus récent est le SU30MK, doté d’une surface allaire gigantesque qui aggrave sa signature radar (Radar Cross Section RCS). Pour les spécialistes, elles dépassent 20 m² contre une discrétion remarquable du F16 Marocain dont la RCS ne frôle pas 1m², le rendant difficilement détectable de loin. Une disposition qui lui offre l’avantage de «first-look» (voir en premier), «first-shoot» (frapper en premier) et «first-kill» (tuer en premier) et ce grâce au missile air-air moyenne portée AIM120C7.



Sa portée (environ 90km) et sa technologie dépassent de loin la contre partie russe en dotation chez l’AAF à savoir le R77E (environ 50 kms).



De plus les capacités de guerre électronique du F16, grâce à sa suite électronique ACES de Raytheon, en plus de ses capacités air-sol redoutables, grâce principalement à la nacelle de désignation laser Sniper XR, n’ont pas de contrepartie dans l’industrie militaire russe
avatar
context
Admin

Messages : 209
Date d'inscription : 16/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum